Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Croc la Vie sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Forum traitant du handicap, des difficultés rencontrées au quotidien et avec humour. sur votre site de social bookmarking

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
Forum

Les handicapés sont aujourd’hui mieux tolérés, mais l’acceptation au sein de la société reste limitée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les handicapés sont aujourd’hui mieux tolérés, mais l’acceptation au sein de la société reste limitée.

Message par tite Elfe le Ven 28 Mai - 18:41

Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un handicapé est «une personne souffrant d’une déficience – aspect lésionnel ou d’une incapacité – aspect fonctionnel – qui limite ou interdit toutes activités considérées comme normales pour un être humain. » Une personne handicapée a ainsi besoin d’être entourée comme tout être humain elle a les mêmes aspirations, les mêmes besoins affectifs et sociaux. «Les handicapés sont aujourd’hui mieux tolérés, mais l’acceptation au sein de la société reste limitée», constate d’emblée Irène Alessandri, directrice de l’Apeim.
Elle note cependant une évolution positive dans la perception des autrement capables. A commencer par les parents eux-mêmes. Ils sont de plus en plus nombreux, selon notre interlocutrice, à vouloir que leurs enfants intègrent le système éducatif. «Les gens sont plus à l’aise en présence de handicapés, ils les côtoient plus facilement », constate Irène Alessandri. «L’évolution dans le secteur éducatif est flagrante. La prise en charge des enfants se fait de plus en plus précocement. Il y a encore une dizaine d’années, il fallait aller chercher les parents et les enfants chez eux. Ils avaient honte de sortir, à cause de la mentalité des gens», soutient Ferozia Hosaneea, responsable du service «Intervention précoce» de l’Apeim. «Maintenant, ils ont réalisé qu’avoir un enfant avec un handicap n’est pas une fatalité. Ils comprennent leur rôle en tant que parents et nous sommes là pour les accompagner, les encadrer et leur donner les moyens pour faire avancer les choses», poursuit-elle.

Radha Valayden, directrice de l’école préscolaire La Coccinelle, prend régulièrement l’initiative d’accueillir des enfants handicapés dans son école. «Cela se passe très bien ! Je compte actuellement parmi mes élèves, une petite fi lle qui a un handicap lourd. Elle est prise en charge par une autre élève plus âgée, qui l’aide et qui lui tient compagnie. Elle n’est pas exclue, même si pour certaines activités, elle a besoin d’une attention spéciale. Les autres parents eux-mêmes se sont rendu compte du fait qu’elle n’est pas ‘contagieuse’ et acceptent parfaitement sa présence parmi les élèves», conclut-elle.

Nous initions les malvoyants du primaire à l’utilisation d’Internet, grâce à un équipement spécial, comprenant un clavier en Braille et une interface vocale», nous informe Reynolds Permal, directeur de l’association Lizie dan lamain, qui oeuvre pour l’insertion des aveugles et malvoyants dans la société. «Désormais, les gens savent comment réagir face à une personne qui tient une canne blanche entre les mains. Au niveau de la santé, il y a eu une nette amélioration au niveau de la détection et de l’information sur les maladies», note encore Reynolds Permal. «Avant, on avait tendance à cacher les enfants handicapés il y avait un sentiment de honte», soutient pour sa part Somoo Valayden, conseiller à l’Organisation mondiale de l’éducation préscolaire. «Les formations que nous dispensons incluent la prise en charge des enfants handicapés. Celles-ci sous entendent
la détection des troubles auditifs ou visuels. Dépistés tôt, certains d’entre eux peuvent être traités efficacement», explique-t-il.
«Il y a encore beaucoup d’ignorance entourant le handicap mental. D’autant plus que celui-ci est moins visible que le handicap physique», note Irène Alessandri. «L’autisme, par exemple, ne se voit pas. Les gens ont tendance à penser que la personne avec un handicap mental n’a, de ce fait, aucun problème», dit-elle. Si les organisations non gouvernementales (ONG) ont beaucoup oeuvré pour changer les mentalités qui rendaient les handicaps tabous, il y a encore beaucoup à faire pour que l’acceptation des handicapés soit totale.
«Il faut faire la distinction entre ‘intégration’ et ‘inclusion’. Dans le premier cas, on ne fait qu’accepter la personne, tandis que dans le deuxième cas de figure, on invite cette dernière à participer à la construction de la société», souligne Reynolds Permal.
«L’adaptation doit être dynamique, et ne doit pas être à sens unique. Il faut que la personne avec un handicap s’adapte à l’organisation et vice versa», souligne pour sa part Irène Alessandri. Un meilleur traitement des handicapés ne veut pas forcément dire indemnisation, mais surtout l’accès aux services. «Leurs besoins sont les mêmes que tout le monde. Ils ont des besoins affectifs, l’envie de faire partie d’une organisation, de travailler, de se marier, de fonder une famille et d’avoir accès à l’éducation et à la formation», martèle Reynolds Permal. Ce dernier fait ressortir qu’apparemment, les aveugles ne participeront pas aux prochains Jeux des îles. «Une telle éventualité serait bien regrettable, car le sport est un formidable et puissant moyen d’inclusion», déplore-t-il. «Nous sommes en retard par rapport aux autres pays et l’idée d’un centre plus sophistiqué reste omniprésente. Nous visons une amélioration de la prise en charge et des formations, dans le but de valoriser la personne avec un handicap visuel, en utilisant les ressources dont nous disposons», concède-t-il.

_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux. (Antoine de Saint-Exupéry) "Chaque rencontre est juste, si elle illumine le coeur!" (dicton mongol)
avatar
tite Elfe
Administrateur

Messages : 1784
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 54
Localisation : La bàs.

http://kakariki.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum